Bienvenu à Etoile

Préhistoire, Archéologie, Découverte, Loisirs

La Pêche Préhistorique

Classé dans : Préhistoire, Archéologie, Découverte, Loisirs — 23 novembre, 2008 @ 17:41

img43162.jpgUNE AVENTURE DE PÊCHE

COMME IL Y A   8000 ANS   

C’est vraiment une aventure hors du temps que j’ai vécu cette année !! Elle aurait pu se dérouler il y a 8000 ans, en pleine préhistoire ….,Un peu d’ explications !!!!   J’ai eu la chance  l’an dernier de passer quelques jours au préhistorama de Rousson dans le Gard ; en compagnie de mes amis de SILEX FAC SIMILE, nous effectuions des démonstrations de confection de poteries préhistoriques, et  mon   Ami  JEAN COURTIN , archéologue, directeur de recherche au C N R S  et auteur de nombreux livres et publications scientifiques  , nous accompagnait .  J’ai pu  ainsi profiter de toutes ses connaissances, pour essayer de comprendre à quoi avaient servi  des valves de moules crantées, trouvées dans les couches archéologiques  vieilles de 8000 ans du site de la « Font aux pigeons »  sur la commune où je réside, à Châteauneuf les Martigues. Je lui ai suggéré l’idée que ces coquilles avaient pu servir  a carder des fibres végétales pour confectionner des fils et des cordes pour la pêche en mer et en eau douce. A cette époque, pas d’ Etang  de Berre salé ou saumâtre, seulement des rivières et des marais d’eau douce  dans la grande cuvette qui borde au Nord le site. Mon idée lui a plu , et sur ses conseils, et avec l’ aide de sa documentation, l’ aventure commence : j’ entreprend de reconstituer toute la chaîne opératoire de préparation du matériel de pêche , avec les outils de l’ époque, silex,  os, bois , fibres végétales , bois de cerf et de chevreuil , fibres animales , boyaux , tendon et cuirs, Je me suis donc inspiré des rapports de fouilles du grand abri de chateauneuf (mésolithique castelnovien) ou abondent les os de poisson et particulièrement ceux de grosses daurades, pour débuter la reconstitution. Un  très long travail , qui de tâtonnements en réussites , jour après jour m’ a permis, d’abord de cranter des moules avec des lames de silex, puis de récolter des fibres ( lin sauvage, orties, genêts, aubier de tilleul  et de peuplier), de les faire rouir, de les teiller, de les filer , de les transformer en corde (en utilisant des bâtons percés ) et fils de toutes les tailles et de toutes origines , jusqu’à l’ obtention , après poissage, (Résine de pin + graisse animale) de matériaux résistants a l’eau de mer, et assez  solides pour résister aux mâchoires des prises éventuelles. 

  Mon objectif : reconstituer un palangre de 100m  avec des hameçons tous les deux mètres, montés sur les différents  fils La confection des hameçons en : os, bois de cervidés, valves de coquillages . (Praires, spondyles, nacres pinna) et silex fut longue car réalisée selon des techniques primitives ; et fin Septembre j’ai été très fier de présenter ma réalisation aux pêcheurs professionnels  du port de Carro ,(commune des Martigues  ). C’est en effet  sur les conseils de Monsieur Frederic Bachet , directeur du « Parc Marin de la cote bleue », que je suis allé solliciter l’ aide de professionnels de la pêche à la daurade . L’accueil chaleureux de ces marins, et leurs conseils éclairés, m’a permis avec l’aide du plus expérimenté, d’entreprendre une  étude scientifique des potentiels de mon travail. Claude Fasciola , fin connaisseur des mœurs de la faune marine , c’ est tout de suite impliqué dans l’ expérience, et notre collaboration fut empreinte de passion pour le travail à réaliser. Nous avons donc mis à l’ eau, le Lundi 13 Octobre , en lune montante , à 18H un palangre de 43  Hameçons tous différents  montés sur du fil de lin de 6/10eme , de fil de boyaux  torsadé de 7/10eme , appâtés  avec des tripes d’holoturie, des moules , des petits poissons, des pieds de coques , de la seiche , le tout monté sur une corde de lin a trois brins  de 2,8 mm et de 100 M  de long, lestée  de galets de calcaire.   

   Nous avons mouillé le dispositif  à la sortie de l’anse du Verdon au Cap Couronne, sur fonds sableux et propres de 10 a 12 mètres, avec deux « flotteurs  signal » aux extrémités, confectionnés en bois et écorces de pin percées. Après une nuit sans sommeil…… ! , nous avions rendez -vous le lendemain matin, sur le quai  pour embarquer  et vérifier le résultat de l’expérience. A 7 heures, tout le monde est là, F. Bachet equipé en plongeur, G. Chabriére et C. Trubert  de « silex fac similé », le journaliste de « la Provence »?M. Lancestre , Claude Fascola , Taïs mon bouvier bernois , et moi , dans une lueur rose de soleil levant , nos deux embarcations se dirigent sur zone . Arrivé en vue des balises, le plongeur à bord du bateau du parc marin s’équipe, le voilà dans l’ eau avec sa caméra ; la tension monte d’un cran , plus personne ne parle , tous les yeux sont fixés sur les bulles qui arrivent en surface . Du fond de l’eau sombre nous parvient la lueur d’un flash !!! , et dans les secondes qui suivent  la mer bouillonne, et F Bachet  émerge avec le signe de victoire de sa main tendue, il enlève son embout, et nous dit « Il y en a deux au fond !!»  …….  Des grosses !!!  .. J’ y retourne attendez pour remonter  « A bord, c’est l’explosion, les cris s’entendent  au travers des âges jusqu’aux oreilles de nos ancêtres du » Grand abri  «  Jean Courtin a trouvé les restes de leurs repas, au milieu des moules crantées, et des lames de silex, et nous venons de prouver comment ils avaient pu procéder pour se ravitailler. Mon premier coup de fil est pour lui, puis le second pour mon épouse  qui a supporté pendant un an les odeurs de pourriture du rouissage des fibres, et un mari absorbé dans ses travaux. La sortie de l’eau est faite en notant tous les critères de la prise : poids  680gr et 720 gr   fil  Lin  6 /10 eme  et boyaux  7/10 eme , hameçons droit bipointes en os et dent  de sanglier . Sur  le reste du palangre, certains hameçons ont disparu, fils mâchés, ou enroulés et noués a la corde mère, attaque de congres ?  ….Le retour au port est triomphal,  même le chien pose en conquérant à la proue du bateau.   Sur le quai, on sabre le champagne, on se congratule, la joie est immense, celle de Claude le pêcheur, et surtout la mienne en quelques jours, nous sommes devenus des amis, et nous avons réussi………. !!!!! 

     Ou’elles étaient délicieuses, au grill, avec un peu de romarin et du fenouil !!! L’aventure a été tellement   belle, que nous avons décidé de recommencer l’an prochain avec de nouveaux hameçons en silex fixé dans des os d’oiseaux . Deux daurades  en zone ouverte à la pêche  côtière, et avec du matériel très frustre, imaginez ces mêmes outils au milieu de l’ aquafaune  du Mésolithique, avec des poissons moins craintifs , et bien plus nombreux qu’ aujourd’hui !!!!!.                   Une rêve une aventure                          Toomai

                                                                                                                                                                     pcheprhistor14oct20080083.jpg

img42282.jpg

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

1KAZOU, EXPOSE... |
jguytext |
jean pierre blanpain |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mes portraits à partir d'un...
| ArtDesign by Ellyn
| pour le plaisir....rêve,mag...